Retour dans La médina de Marrakech…

Je rentre de ,Marrakech la ville rouge et ocre. Une pause coloré dans le feuilleton noir présidentiel Français ne peut pas faire de mal…

En route pour Marrakech... deux ans que je n’y avais pas mis les pieds. En fait après les attentats de Charlie, j’étais fâchée, malheureuse, je mélangeais tout et j’avais peur, donc pas de pays musulman. Je comprends aujourd’hui que c’était une vraie connerie de ma part !

fullsizeoutput_673fullsizeoutput_6b1fullsizeoutput_6b2

Marrakech, la ville où  il me suffit juste de quelques instants pour que déjà la danse des couleurs, le chant des parfums m’habite. Une ville vibrante, enivrante qui éveille en moi mille fragrances, mille mosaïques, mille expressions…
Un pied dans la médina et c’est reparti pour la grande aventure sensorielle… rien d’autre ne ressemble à ce cocktail fabuleux qui m’emporte, me transporte…les couleurs s’allument… les yeux pétillent… ça swingue, y’a du vent dans les voiles, des soleils dans les poches, des étoiles sur les visages… Tout rime, tout bouge, rien n’est aplati, recroquevillé, apeuré. C’est un festival, un carnaval, une envolée poétique, lyrique, une scène à ciel ouvert…

Cette ville me donne envie de vivre et de créer !

Dans les ruelles de la médina où se côtoient charrettes, ânes, mobylettes, vélos, autochtones et touristes, je bois, je mange la vie… Je marche, je zigzage, j’aime, je déambule, j’achète, je refuse, me perds et me retrouve…

fullsizeoutput_6d4

fullsizeoutput_6f8DSC00619fullsizeoutput_6c5DSC00196

Puis éreintée, je rentre au Riad Dalla Santa. Le Riad de Chantal la Bordelaise. Un jour son coeur s’est emballé et elle a craqué pour la médina de Marrakech… Elle a tout vendu pour s’installer sur cette terre chaude et lumineuse !

Avant, elle vendait des fleurs. Et bien vous pouvez me croire, y’a un lien entre les fleurs et son riad. Couleurs, chaleur humaine et offrande… comme si le meilleur d’elle était sorti d’un coup, là dans ce palais des mille et une nuit…
Accompagnée de son fidèle ami, Aziz, de Mustapha et Hafida, Chantal ouvre le bal pour ton arrivée à Marrakech.

Ici, on se sent comme à la maison. La maison de mes rêves, peuplée de plein de gens différent, ouvert, avec lesquels tu entres en relation tout de suite… une grande table et c’est parti pour de longues discussions pas au coin du feu, mais au bord du bassin bleu turquoise… On partage nos escapades, nos trouvailles, nos bons et mauvais plans… simple et vivant !

Au Riad Dalla Santa , c’est le coeur qui palpite et qui parle.

fullsizeoutput_671fullsizeoutput_6fdfullsizeoutput_6fcDSC00186

Et je ne vous raconte pas les p’tits déj…

fullsizeoutput_6c2

Marrakech, on l’aime ou on la déteste, c’est comme ça !

Si tu ne supportes pas qu’on t’interpelle sans retenue, qu’on te raconte mille histoires toutes plus rocambolesques les unes que les autres. Si t’arrêter boire le thé et blablater à n’en plus finir t’ennuie. Si tu n’arrives pas à dire « non » ou à négocier le prix de ce que tu achètes sur un mode positif, enjoué… Si tu n’aimes pas la chaleur, les couleurs, les gens, c’est compliqué, tu vas te fatiguer très vite… Ils vont te saouler !

Mais si comme moi tu aimes, alors tu ne pourras plus que revenir et revenir encore…

Tu seras enivrée de fragrance épicées, aspirée par la patience, la finesse, la dextérité, la poésie du travail des artisans. C’est si bon de sortir du monde aseptisé et blafard du tout industriel pour se replonger un temps à la source et voir travailler de leurs mains et de leurs pieds des hommes tranquilles, qui prennent le temps de te dévoiler leur savoir-faire..

DSC00197DSC00199

Trop touchant ce vieux monsieur qui fabrique des babouches à la main…

fullsizeoutput_6affullsizeoutput_6ac

Y’a quelque chose de tranquille, de doux à Marrakech… Contrairement à ce que l’on pourrait croire parfois. Y’a du monde, plein, partout, mais aussi du respect, de la douceur, de la joie !

Moi, ça me donne envie de m’assoir là, à coté du vieux monsieur et de faire comme lui pour toujours…

Tu peux te promener à 22H dans la médina sans peur…La seule peur que j’ai moi, vous allez rire, c’est les serpents de la place Jemaa El fna. Y’a les « troubadours » de toutes sortes, les vendeurs de jus d’oranges et les charmeurs de serpents, ces derniers, je les fuis…et ça les fait marrer bien sur !  Non, vous n’aurez pas de photos des serpents ni des charmeurs. En fait j’ai surtout peur des charmeurs qui pourrait me foutre le serpent sous le nez…Totalement irrationnel quoi !

DSC00219fullsizeoutput_6b3fullsizeoutput_6fafullsizeoutput_6fb

 

 

Publicités