elections

 

Voilà, c’est fait, on a pleuré, on a dansé, on a regretté, hier soir à l’annonce des résultats mais c’en est finit de ce premier tour si stressant…

Moi, j’ai pas pleuré mais j’étais pas loin ! Pour ne pas sombrer, j’ai bouffé du chocolat, je me suis dit instantanément qu’on avait évité le corrompu mais franchement ça ne m’a pas consolé plus que ça. Et je me suis encore dit que la gauche, j’entends la vraie gauche, avait quand même fait un beau score… Le tribun et sa France insoumise ont été bon quoi qu’on en pense.

Mouais… Bof…Un mauvais gout est resté tout au fond.

Je ne pensais pas que tant de mes amis de gauche allait voter pour le jeune loup aux dents longues et sa blonde. L’ admirateur des multinationales et des banquiers qui va sauver la France ! Une sorte de superman qui à débarqué il y a peu dans notre paysage.
Ils ont sans doute cru qu’il était de gauche, jeune, je ne sais quoi d’autres…Bon en même temps, si tu ne t’intéresses pas à la politique plus que ça, la confusion pouvait s’entendre. Donc dans quelques mois et peut être moins, à priori mes amis comprendrons qu’ils ont voté pour un homme de droite et regretteront. Quand il aura fait passer toutes ses mesures libérales au 49,3 cet été pour éviter les conflits sociaux, ils se réveilleront à la rentrée mes amis, et la déception sera grande… Mais il restera encore 5 ans moins 3 mois.
Je comprends mal comment on peut être de gauche ou pour le progrès social et voter pour lui ! C’est un mystère que certains pourront peut-être m’expliquer. Pour moi, c’est un homme creux, un brouillard, une illusion, un voile…

Je ne vous en veux pas, je sais la confusion qui règne, la peur, l’hésitation, la manipulation médiatique.

Vous savez quoi, ce matin, les marchés financier s’envolent… Ils sont en forme, ils dansent et chantent, ceux qui ont mit le monde plus bas que terre et qui vont pouvoir continuer avec délectation. Jusqu’à quand ?

Ca c’est le premier point. Je ne comprends, pour le coup, pas du tout, comment on peut être intelligent, gentil, sympathique et ne pas fuir devant la « peste blonde » comme dirait Manu Lods, un ami chanteur, dans l’une des ses chanson. Ca me dépasse ! Comment peut-on ne pas sentir ce vent de haine qui balaye chacun de ses discours. Cette femme respire l’ombre, les bas-fonds, les labyrinthes, les parkings la nuit sans lumière, les fonds de cales…

J’ai du mal et pourtant…

J’ai aussi vu pendant des mois, des jeunes, des gens, des amis qui avait perdu tout espoir se relever, se bouger pour une France meilleure, plus juste. Une force en chemin ( j’ai faillit mettre « en marche » ) qui ne s’arrêtera pas ! J’ai entendu des idées nouvelle se propager, être discuté, décortiqué, de belles idées toutes neuves. Ce sont eux qui m’ont donné envie de soutenir leur mouvement.

La France n’est plus la même…

Notre pays s’est levé et je ne crois pas qu’il va se rassoir facilement, les nuits debout vont être longue…

Publicités