20140301_175819

Catherine était dans le monde comme une déferlante, un tourbillon, une onde de choc… Elle traversait nos vies sans que l’on ne puisse l’oublier…

On ne l’oubliera pas !

Bourrée de talents, musicienne, écrivaine, chef cuisto dans sa cuisine, elle avait déployé sa vie au service de la militance… elle voulait la justice et l’amour !
L’amour, oui, mais au seuil des balcons éternels elle nous confiait qu’elle se mourrait, car elle n’avait pas su accepter d’être aimée… c’est fort non, profond surtout !

A méditer pour tous : « Accepter d’être aimé »

240520141378

A 49 ans avec deux enfants, elle a lâché la barre le 24 novembre, rejoins l’autre côté du miroir… Là où il parait que la lumière brille plus fort…
5 ans de lutte intensive contre, comme elle l’appelait, son « cancer casse-couille ». Celui qui a peu à peu encerclé sa vie de ses tentacules vénéneuses… Elle gérait d’une main de maître, les chimios, les enfants, la paperasse, les effets secondaires, voire tertiaires, la douleur physique, morale, la peur et parfois la joie de sentir la vie en elle.

Oui, il parait que quand on sait que l’on va mourir, la vie prend enfin sa place… A méditer !

dsc_3694

 

Le temps est passé au rythme de l’espoir des traitements nouveaux qui aurait raison de cette foutue maladie… qui pourrait au moins la ralentir, lui permettre de partager plus longtemps la vie avec ses enfants. Catherine croyait en la médecine !

Quand elle nous racontait son combat, elle l’enrobait souvent  d’un humour corrosif, c’était son style, sa forme, sa façon de poser un baume de jouvence sur cette plaie de l’existence.

Puis son foie a commencé à hurler lui aussi et Catherine a senti que la fin se rapprochait. L’été était bientôt là et comme emportée par un élan sans limites, un propulseur intergalactique, elle a décidé d’accomplir tout ce qu’elle ne s’était jamais autorisé avant. Elle voulait gravir l’échelle qui monte aux étoiles pour sa dernière randonnée terrestre…

Elle s’est lancée dans une recherche sur la grande déesse égyptienne Hathor. Pour ce faire, elle est allée visiter un musée à Turin où la collection égyptienne est une des plus importante d’Europe, alors qu’elle tenait à peine debout avec sa canne et son grand chapeau, même qu’on aurait dit une baronne sur les photos !
Ensuite, elle a voyagé avec ses enfants en Islande, oui en Islande chez des amis, puis pour le bouquet final, elle a pris ses cliques et ses claques, un mois et demi avant la fin et a quitté Paris in extrémis pour rejoindre Denis son ange gardien, son compagnon toulousain… C’est comme cela qu’elle voulait partir, entourée de son ami et de ses enfants à Toulouse. Elle a tout plié, « encartonnée » et tchao, bye, bye Montreuil !
Personne n’en revenait de l’énergie qui l’animait alors que son corps était si faible…

Catherine, notre amie a fini sa vie comme elle avait toujours rêvé de vivre, mais question, pourquoi attendre d’être malade pour accomplir nos rêves ?

Là encore, à méditer…

15321429_10211165688328243_2011685566_o

La militance, c’était toute sa vie ! Eh vous savez quoi, le jour de la crémation à Toulouse, dans la salle à coté, se tenait une autre crémation, celle de Rémi Fraisse, ce jeune zigouillé par la police à Sivens il y a 2 ans déjà… Un vrai militant lui aussi… Incroyable non, le même jour à la même heure ! C’est comme s’ils s’étaient fixés RV ce jour-là !

20150814_174456-rognce

Elle m’a aussi joué un autre tour Catherine lors de la cérémonie d’adieu, c’est Mistral Gagnant de Renaud qui a résonné. Là c’est moi qui ai tout lâché !
Mais si j’avais su ma belle, on aurait chanté Renaud comme des folles, toi au piano moi au chant… et je t’aurais emmené au concert coute que coute même sur mon dos !

vacancesco-199

Allez, Catherine, va vers ton bonheur, va vers la lumière, va vers tout ce que l’on dit qui est beau là-haut… Lâche tout, on va gérer le reste !

J’ai confiance, tes enfants seront heureux malgré tout ! On leur racontera la grande déesse que tu étais, on leur racontera la musicienne, celle qui voulait écrire des histoires pour les enfants, un livre de cuisine… celle qui traversait nos vies comme une déferlante, celle qu’on aimait sans condition…

160820141566

p1010171

dsc05915-2

Publicités