Fin juin, nous avons eu  l’immense plaisir d’accueillir Maéva et son adorable famille à la maison. Maéva, c’est… comment dire… une nouvelle amie, la grande sœur de mon fils, une des filles du papa de mon fils, bref, une histoire de « famille puzzle » comme elle le dit si bien. 

Maéva, je l’ai connu à 7 ans, puis quelques années plus tard, patatra, bing, boum… séparation d’avec son papa… Chacun reprend ses cliques et ses claques et ses enfants… Grrrrrrr… Et pour moi, c’en est fini « des filles » (Maéva et Laurène sa frangine). Terminé. Rideau… Oh bien sûr j’ai suivi de loin leurs histoires mais bon… Le temps passe et repasse…

Maéva à grandit, elle a rencontré son prince charmant, s’est mariée et a offert au monde deux superbes bambins.

Et voilà que l’on se retrouve après toutes ces années !

Aujourd’hui, je me dis qu’enfermée dans le cataclysme des séparations qui nous dépassent, badaboum, patapouf et ratatouille… on ne se rend pas compte à quel point ces accidents de la vie peuvent propager des ondes au delà du cercle restreint. Lors de ces retrouvailles, j’ai pris conscience de tout ce temps écoulé, du trou dans l’histoire de nos vies et du vide creusé pendant toute ces années ! Un vide tout doux, qui ne fait pas de bruit, qui n’ouvre jamais sa bouche pour crier mais un vide bien présent…

J’ai observé attendri ses enfants s‘épanouir en me disant qu’ils pourraient presque être mes petits enfants et peu à peu au fil des jours, les scènes du passé ont ressurgit et en même temps qu’elles remontaient ces scènes, c’était aussi l’émotion, le lien qui flottait à nouveau sur les eaux bleues de ma mémoire…

Je n’attendais rien et j’ai reçu beaucoup !

Soudain, c’est comme si la rivière détournée retrouvait son lit et l’histoire son sens… rien d’explosif, juste l’agréable sentiment que les liens qui ont été et que l’on croit enterrés à jamais sous un fatras de vieilles reliques existent toujours quelque part au fond de nous, intact… la magie de la vie… les perles de nos existences. 

Ah, j’allais oublier de vous dire que Maéva tient un blog (DOPANDKOS sur wordpress.com ) et qu’à travers ce retour inopiné sur les berges de ma vie, elle a largement contribué à ce que je lance le mien…

Pour les photos, elles n’ont rien a voir avec l’histoire, juste que je les trouve belles ( c’est lolodesbo le photographe ) comme l’histoire que je viens de raconter.

DSC01725Photo0011
DSC05443

Publicités